Online Slots Preview

Download the flash player

Online Bingo

La grande aventure à la Table Finale des WSOP en est venue à une fin pour le Français Antoine Saout. Le jeune pro a été éliminé lors de la dernière main jouée le 8 novembre. Il a été évincé de la table par Joe Cada, mais a fait un bon numéro, occupant la troisième place du classement.

Au début du jeu, Saout était le 8ème selon la valeur des jetons, mais à la troisième main il était déjà le chip leader. Avec 80,600,000, il avait le dessus sur Darvin Moon (75,900,000) et Joe Cada (39,200,000).

Lors de la première main de la partie, Cada et Saout ont tout misé, ayant chacun une pocket pair. Saout était en avantage, avec une paire de dames, tandis que Joe Cada, lui, avait une paire de deux. Mais un autre 2 au flop n’a laissé au Français que l’espoir d’un turn ou river plus favorable. Ce ne fut pas le cas et les rôles furent inversés. C’était alors à Cada d’être propulsé en position de chip leader.

Quatre mains plus tard, Saout s’est vu mettre hors de combat par le même Joe Cada. Les deux ont tout misé de nouveau lors du preflop, Saout ayant une paire de huit et Cada, une As-Roi. Le flop et le turn n’ont rien changé, mais un K au river a décidé le sort de la partie. Saout a été le dernier joueur éliminé de la soirée de 8 novembre.

Cette troisième place a apporté au jeune de 25 ans un prix de 3.479.670$. Cet automne, il a participé aussi à la table finale de l’Evénement Principal WSOPE et au cours des trois derniers mois il a appris autant sur lui-même que sur sa stratégie au poker.

« J’ai appris à être plus agressif, plus confiant et plus à l’aise avec les caméras et les lumières », a dit Saout. « Je suis très content de mon jeu », a confié le joueur.

Saout a été encouragé au cours de la table finale par des dizaines de joueurs français et des invités qui ont voyagé à Las Vegas spécialement pour lui. Les sponsors officiels d’Everest Poker, avec lesquels Antoine Saout a signé un contrat en août 2009 pour entrer dans l’équipe professionnelle Everest, ont été également près de lui.

Les paris sportifs en ligne sont vraiment très en vogue ce dernier temps. Les sites de paris sont en forte hausse grâce aux matchs à venir. Les championnats de la NBA (la principale ligue de basket-ball nord-américaine) et La Série mondiale de baseball sont la pointe de la saison des paris sportifs notamment aux Etats-Unis. La fin d’octobre et le début du novembre marquent le départ de la plus agitée période de l’année pour les sites sportifs et pour les parieurs du monde entier. Mais des événements sportifs majeurs pour tous les pays, comme la Coupe du Monde de Football, réchauffent encore plus l’atmosphère.

En 2010, le marché fraçais des paris sportifs s’ouvrira à la concurrence, permettant aux compétiteurs de prêter leurs services en France. Selon une étude, à peu près 900.000 Français utilisent déjà les sites de paris sportifs, hippiques ou de poker, actuellement illégaux dans le pays. Avec l’ouverture prévue pour 2010, une étude réalisée par le consultant Francis Merlin estime que le marché des paris sportifs produira quelque 800 millions d’euros. En 2011, le chiffre passera à 1,4 milliard, pour atteindre même 1,8 milliard en 2012. En guise de comparaison, en 2008 le marché pesait 630 millions d’euros, dont 230 millions sur un seul site, à l’occasion du dernier tournoi Rolland Garos.

Francis Merlin apprécie que le marché sera partagé à 80% par une « dizaine d’opérateurs ». La clientèle attendue sur les futurs sites légaux sera constituée en grande partie des parieurs qui jouent sur les sites illégaux. L’étude anticipe aussi qu’une partie des 6,5 millions de personnes qui font des paris sur les courses de chevaux se dirigeront vers les paris hippiques en ligne.

La Suisse est la dernière « citadelle » qui a été conquise, en pleine légalité, par les opérateurs de jeux en ligne. La conquête s’est passé doucement et avec l’accord mutuel des parties. Ainsi que, dans le paysage européen, la Confédération helvétique a décidé d’offrir aux jeux et aux casinos sur internet le cadre légal dont on avait besoin. Le Cesare recevra, bien entendu, sa part, sous la forme des impôts…

La solution est convenable pour les deux parties. La nouvelle loi sur les maisons de jeu permettra, pour le début, à une dizaine de casinos d’opérer en Suisse, avec des licences en régime de concession. La mesure ne touchera pas la Loterie Romande et Swisslos, qui ne perdront pas leur monopole en matière de jeux de grattage et de tirage (la même chose se passera en France, où la Française des Jeux gardera son monopole sur les mêmes domaines). Donc, ce n’est pas étonnant que le changement ne va pas bien à la Loterie romande, qui craigne des concurrents forts et alléchants pour les joueurs. Son chiffre d’affaire subira, sans doute, une baisse.

En Suisse, comme en France, ce type de mesure s’imposait depuis quelque temps. Mais les autorités ont dû se convaincre les interdictions imposées et les monopoles existantes, engendrant le jeu illégal – était plus nuisible qu’avantageux pour l’Etat. La réglementation du marché montre que la présence des opérateurs de jeux en ligne en Suisse et les revenus qui s’échappaient au fisc ne pouvaient plus être ignorés. Ceux qui vont dorénavant bénéficier d’une licence devront se soumettre aux conditions imposées par les autorités, conditions non-discriminatoires par rapport aux maisons de jeu suisses.

Les experts estiment que, en quelques années (plus précisément, jusqu’en 2012), les jeux de hasard en Suisse enregistreront un produit brut de jusqu’à 174 millions de francs. Dans le cas où les Suisses auront une interdiction à l’étranger, les chiffres seront ceux-ci; si une telle limitation n’existait pas, les chiffres tourneraient entre 115 et 139 millions de francs.