Online Slots Preview

Download the flash player

Online Bingo

Le passage à la nouvelle année à occasionné la réflection sur celle qui vient d’être clôturée. Ainsi, le bilan général de l’an 2008 dans le domaine des jeux montre que les joueurs et les opérateurs ont été les témoins et les acteurs des événements positifs et négatifs. En voilà quelques-uns:

- La table finale de World Series of Poker s’est tenue pour la première fois plus tard que les autres événements – à savoir, en novembre. L’idée a été fort commentée, appréciée ou détestée, mais le délai n’a pas apporté trop de changements, sauf, peut-être les prémisses d’une nouvelle pratique. On ne sait pas encore ce que sera en 2009, mais l’évolution des séries nous permet de nous en faire une idée. La table finale de 2008 a surclassé celle de 2007, enregistrant une hausse de 46%, en termes de popularité dans les rangs des téléspectateurs.

- L’avènement de Barack Obama à la Maison Blanche des Etats-Unis a été salué par ceux intéressés à l’industrie des jeux comme le début d’une nouvelle époque. Le président élu est lui-même un joueur de poker connuLe fils du vice-président élu Joe Biden a fait du lobby au nom de PartyGaming. Ce sont de bons signes. Mais il reste encore à voir si l’interdiction des jeux en ligne aux Etats-Unis sera abolie durant le mandat d’Obama.

- La crise financière, ayant toujours les Etats-Unis comme point de départ, accompagnée de la récession économique, s’est fait ressentir aussi dans l’industrie des jeux. Las Vegas, Macau et d’autres complexes de casinos terrestres ne se sont pas avérés résistants à la crise, comme on l’avait pensé. Mais les gens ne cessent pas de jouer, même si, dans ce contexte, les grands perdants sont les casinos terrestres qui comprennent des frais supplémentaires pour les clients: le voyage, l’hébergement, la consommation.

- La déchéance de Bodog. Si Bodog est toujours présent dans l’espace virtuel, son déclin est quand-même un fait qui s’est passé au cours de 2008.Premièrement, le fondateur de la compagne Calvin Ayre a pris sa retraite et a commencé à passer son temps à Cuba. Puis, une enquête fédérale a donné lieu à une série de citations. Au cours de la même année, Bodog a perdu aussi son nom de domaine et il ne s’est que peu récupéré de cette débâcle.

- Le scandale Absolute Poker/Ultimate Bet a été l’un des autres événements à l’impact négatif dans le monde des jeux. Le scandale de la tricherie, comme il a été nommé, a engendré la colère des utilisateurs qui, suite aux réclamations qu’ils ont faites, soupçonnant la tricherie, n’ont reçues qu’en dernière instance des réponses de la part des propriétaires. La compagne a payé une amende et quelques sommes d’argent à ceux touchés par les « mauvaises pratiques » et a également collaboré à un audit censé découvrir les coupables. A la fin, la communauté du poker en ligne a à peine accepté la décision d’Absolute Poker de ne pas rendre publiques les noms des individus impliqués. On a expliqué que c’était la seule façon d’apprendre comment la tricherie est arrivée et de veiller à ce que cela n’arrive plus.

- Enfin, le monde du poker a été a reçu un autre grand coup, quand, en fin d’année, le fondateur de PartyGaming, Anurag Dikshit a plaidé coupable devant le Département de la Justice des Etats-Unis de violation du WIre Act et a accepté de payer l’incroyable amende de 300,000,000$! Le fait est d’autant triste qu’en assumant sa culpabilité, Diksit a accepté de se soumettre à une loi obsolète et qui s’adressait aux paris sportifs. Si l’on compte encore sa déclaration qui reconnaît « l’illégalité des jeux en ligne », quoi espérer de ceux qui sont des ennemis déclarés des jeux?

Aucun utilisateur n'a commenté sur " 2008, une année riche en événements et en…scandales "
N'hésitez pas à laisser un commentaire...

 Username (*required)

 Email Address (*private)

 Website (*optional)

Veuillez noter que la validation des commentaires est active, alors il n'est pas nécessaire de soumettre à nouveau vos commentaires.