Online Slots Preview

Download the flash player

Online Bingo

A l’occasion du Jour du Jeu Responsable, organisé en octobre 2010 au Parlement européen, les représentants de l’industrie des jeux et les législateurs de l’UE ont eu l’occasion de s’exprimer sur la légitimité et la législation des jeux en ligne.

Le député Timothy Kirkhope, l’hôte de l’événement, a pris la parole pour déclarer: « C’est une excellente occasion de commencer à mettre en place des conditions égales pour un secteur qui se débat dans un amalgame de règles différentes. J’ai pleine confiance que le commissaire Barnier prendra note de nos discussions d’aujourd’hui et commencera à élaborer une stratégie en vertu de laquelle le jeu en ligne devienne un élément légitime du marché intérieur. »

Norbert Teufelberger, co-PDG de Bwin, a aussi exprimé son point de vue: « Alors que près de 2/3 des Etats membres de l’UE travaillent déjà ou au moins prennent en compte la réforme de leurs marchés de jeu, maintenant nous avons une occasion unique de nous assurer que la réglementation sert les consommateurs, l’industrie et l’Europe.

La législation doit être harmonisée pour que les consommateurs reçoivent la même protection élevée, où qu’ils jouent. Le jeu en ligne est une activité transfrontalière et la protection des consommateurs doit aussi être appliquée au niveau transfrontalier ».

Jean Bergevin, chef de DG Internal Market, a déclaré au nom de la Commission européenne que dans les mois à venir, la Commission publierait un Livre Vert qui « recueille les informations nécessaires pour trouver les systèmes les plus efficaces et cohérentes répondant aux objectifs d’intérêt public ».

L’une des dernières tendances dans l’industrie des casinos virtuels est représentée par les croupiers en chair et en os. Cela se passe d’habitude aux jeux de casino très populaires, tels que la roulette, le blackjack et le baccara. Les casinos en ligne avec des croupiers en direct combinent le meilleur des casinos terrestres et du jeu en ligne et cela explique leur popularité.

Dans les casinos sur terre, les diverses étapes de jeu sont générées par des dispositifs mécaniques. Les numéros de la roulette sont appelés lorsqu’une petite balle tombe dans une fente numérotée de la roue. Les cartes sont mêlées dans un mélangeur automatique et ensuite distribuées par l’intermédiaire d’un sabot. Au craps, les dés sont jetés sur la table, où ils roulent et se heurtent contre un mur. Tout ça garantit un résultat imprévisible et impartial.

Lorsque les premiers casinos en ligne ont fait leur début dans les années 1990, ces fonctions étaient remplies par un logiciel complexe connu comme le générateur de nombres aléatoire. Malheureusement, par sa nature, il ne permettait pas aux joueurs de voir ce qui se passait à l’intérieur et ils ne voyaient que le résultat. Cela a créé des soupçons et c’est à cause des doutes que les casinos en ligne ont été à peine acceptés. Après des années, les casinos en ligne ont connu des améliorations considérables. L’un des objectifs derrière ces améliorations était de recréer, tant que possible, l’environnement d’un casino terrestre. Les voix des dealers et les animations remplissaient une partie du vide. De toute façon, l’expérience du jeu en ligne ne se rapprochait pas de celle du jeu dans les casinos traditionnels.

Ce qui manquait surtout de l’expérience, c’était la présence d’un croupier réel, une personne en chair et en os capable à tourner effectivement la roue, mêler les cartes ou jeter les dés. Un croupier réel qui puisse sourire ou parler aux joueurs était la pièce essentielle pour une expérience « réelle ». Donc, les casinos en ligne ont fait un pas en arrière pour incorporer cet élément. Les opérations des casinos terrestres étaient filmées et téléchargées dans les casinos en ligne. Les casinos en ligne mènent des opérations live dans certains jeux où le trafic est élevé et le casino peut attendre des revenus significatifs. Ces opérations sont faites contre-chronomètre. Une caméra vidéo enregistre ces opérations et les transmet aux sites des casinos en ligne. Lorsque les joueurs accèdent à ces jeux, ils peuvent en fait voir ces vidéos.

Les jeux avec des croupiers réels fonctionnent de la façon suivante:

Disons que quelqu’un choisit la roulette. Il sera dirigé vers une roulette affichée sur l’écran grâce au logiciel du casino. Il placera un pari comme on le fait habituellement dans les casinos en ligne. Toutefois, il devra le faire rapidement. Une fois qu’il est temps que la roue tourne, le logiciel n’acceptera plus de paris. Le joueur ne pourra ni établir lui-même le moment où la roue doit tourner. Une fois tous les paris placés, la vidéo montre un croupier réel tournant une roue réelle. Lorsque la petite balle s’arrête dans l’une des fentes numérotées, le croupier annonce le numéro comme dans les casinos terrestres. Le logiciel prend ce numéro et fait les paiements comme dans les casinos en ligne. Au blackjack et au baccara, l’action se passe de la même façon. Certains casinos en ligne ont également des croupiers réels pour le craps et le sic bo.

Dans les deux dernières années, la popularité des croupiers réels dans les casinos en ligne a augmenté de manière significative. Plusieurs casinos en ligne ont fait un pas de plus et ont dévoilé l’identité des croupiers, qui sont notamment des femmes. Les sites des casinos offrent des informations sélectives sur ces croupiers et leur programme.

Presque toutes les sociétés européennes de jeu, y compris les sites de poker, se sont tenues à l’écart du marché américain pour les trois dernières années, après l’adoption, en 2006, de la loi prohibitive UIGEA.

Les sociétés européennes qui ont eu des activités aux Etats-Unis avant octobre 2006 ont perdu des milliards après s’être retirées du marché. PartyGaming, qui avait à l’époque la plus grande salle de poker en ligne, a regardé, sans rien pouvoir, comment plus de 70% de sa clientèle s’évaporait pratiquement du jour au lendemain.

PartyGaming espère maintenant décrocher de nouveau le jackpot aux Etats-Unis. La compagnie a annoncé la fusion avec Bwin, ce qui fera du nouveau groupe formé l’un des acteurs majeurs sur le marché. Bwin n’a jamais opéré aux Etats-Unis. Par contre, PartyGaming a porté des discussions avec le gouvernement des Etats-Unis sur un potentiel retour sur ce marché une fois que la législation le permet.

Les sociétés de jeu dans toute l’Europe ont réagi positivement aux nouvelles sur le progrès législatif aux Etats-Unis et la fusion de PartyGaming et Bwin. Le prix des actions en bourse de ceux derniers a monté en flèche.

« C’est probablement l’étape la plus favorable à l’égard de la réouverture du marché américain des jeux en ligne depuis 2006″, a déclaré l’analyste Simon Davies.

Avant l’adoption de l’UIGEA, il y avait peu de sociétés de jeux européennes qui acceptaient des clients des Etats-Unis. La vérité est qu’elles craignaient l’incertitude planant sur l’environnement juridique de ce pays.

Maintenant, les analystes sont plus optimistes et espèrent que la loi sera modifiée, parce que les jeux représentent aussi une source de revenus pour l’Etat. Une récente étude prédit que cette industrie pourrait générer 42 milliards de dollars en recettes fiscales au cours des 10 prochaines années.

Le gouvernement français a décidé de légaliser les paris sur internet, offrant aux futurs investisseurs une partie des mises des joueurs français. Le mois d’avril a été en effet plein de nouvelles liées à l’acceptation ou non des jeux en ligne par les gouvernements de l’Union Européenne. Alors que l’Estonie et la Belgique ont refusé de réglementer les jeux en ligne, la France a décidé d’élaborer un projet de loi ouvrant la voie aux entreprises étrangères et locales à investir dans ce domaine.

Cette décision a deux principaux avantages: tout d’abord, la France va s’adapter à la législation de l’UE et deuxièmement et le plus important, l’Etat gagnera d’argent des impôts prélevés sur les revenus des opérateurs. C’est certainement un pas en avant inattendu et plus de pays membres de l’Union Européenne devraient mettre en place un cadre réglementaire pour les jeux et les casinos en ligne.

En Belgique, la Chambre des Représentants a adopté une loi-cadre qui oblige chaque société ayant affaire aux jeux en ligne, à obtenir une licence de casino terrestre afin de fonctionner dans le pays. Les licences sont délivrées par le Comité Belge de Jeu et les entreprises agréées devront effectivement construire des casinos.

La loi est complètement contraire aux règles européennes de la libre concurrence et ne fera que forcer les opérateurs en ligne de se retirer du marché belge. Le développement et l’entretien d’un casino réel est beaucoup plus coûteux que le maintien d’un casino virtuel. D’autre part, le gouvernement belge a fait savoir que cette loi protégeait effectivement les citoyens belges parce que la construction des casinos terrestres renforcera la confiance des joueurs en ces établissements. Cette loi belge pourrait devenir un « exemple » pour les autres pays.

Tel que récemment rapporté par l’agence Reuters, en 2009, les faux logiciels de sécurité ont été le problème de cyber-sécurité numéro 1 des utilisateurs d’ordinateurs. La société de cyber-sécurité Symantec a indiqué que les utilisateurs Apple ont perdu de leur relative immunité au cyber-crime en stockant en ligne plus de données que sur leurs disques durs.

Les joueurs en ligne sont généralement assez adroits techniquement et ils sont conscients de la possible invasion des programmes malveillants. Ces programmes s’exécutent, inaperçus, sur leurs ordinateurs, en cueillant les informations personnelles pouvant être utilisées pour compromettre leur identité. La plupart des portails et des salles de jeux en ligne sont en permanence à l’affût des irrégularités et sont plus vigilants à garder les joueurs à l’abri des dommages causés par ces éléments sinistres.

Symantec a observé que les Etats-Unis sont sur la première place dans la liste des « activités malveillantes », définies comme pourriels, tentatives de fraude en ligne et autres types de cybercrime. La Chine est le deuxième pays affecté, suivi du Brésil. L’interdiction des jeux en ligne dans ces pays est donc en quelque sorte positive.

Vincent Weafer, le vice-président de Symantec, a noté que la forme la plus répandue de cybercriminalité étaient les faux logiciels de sécurité. Les utilisateurs d’ordinateurs les voient normalement comme un avis clignotant que leur ordinateur est infecté par un virus. L’avis fournit souvent un lien vers un logiciel qui peut être téléchargé après le paiement, mais l’utilisateur ne reçoit pas un logiciel de sécurité, mais un virus ou pire. « Presque tout ce que nous voyons aujourd’hui c’est du faux anti-virus », a déclaré Weafer pour Reuters.

L’escroquerie est tellement répandue parce que les victimes donnent volontiers leurs numéros de carte de crédit, pensant qu’ils ont affaire à des logiciels légitimes. Quant aux joueurs, utiliser des casinos en ligne de bonne réputation est obligatoire lorsqu’on joue avec de l’argent réel.

Alors que tout le monde s’attendait à un changement positif aux Etats-Unis, les clients américains des casinos en ligne ont vu bloquer leurs cartes de crédit MasterCard utilisées pour les transactions impliquant les sites de jeux.

Ce mouvement a pris par surprise beaucoup de monde, mais la mise en oeuvre de l’UIGEA (Unlawful Internet Gambling Act) a été aussi prolongée jusqu’au 1er juin 2010.

L’implémentation de l’UIGEA devait initialement prendre fin en décembre 2009.

Des rumeurs courent que Visa, l’entreprise rivale de cartes de crédit, a également commencé à bloquer les transactions liées aux sites de paris. Dans l’affirmative, il est évident que ces sociétés s’accordent avec la mise en oeuvre de l’UIGEA qui leur interdit de faciliter les jeux en ligne.

Les autres sociétés de paiement sur Internet, comme NETeller, Neovia et Moneybookers, sauront sans doute comment attirer les clients délaissés par leurs concurrents.

Souvent, dans un tournoi de poker en ligne, on obtiendra une main qui est loin d’être la meilleure de la table mais qui peut toujours faire un bon numéro. Vous ne devez pas paniquer: jetez un regard rapide sur les cartes de la communauté: votre adversaire pourrait avoir une suite ou deux paires et vous allez vous demander s’il a commencé avec une « pocket pair » plus forte que ce qui se trouve parmi les cartes communes. C’est à vous de décider si vous suivez ou non. Parfois, la main relancée de l’adversaire est surprenante et c’est pourquoi il serait bien pour vous de maîtriser l’art du bluff.

Bien sûr, la première étape logique consiste à avoir une bonne connaissance de ce que c’est le bluff. Si le flop est 2/7/8 de pique, vos adversaires hésiteront à parier, craignant que quelqu’un ait une couleur. Si vous avez commencé la main avec une paire de neuf, vous blufferez en faisant all-in pour vous protéger contre le tirage d’une couleur. De même, si le flop est sorti K/K/K et quelqu’un a fait un pari important, il serait logique de penser que le respectif a le quatrième roi. La main gagnante pourrait être un « pocket As » ou n’importe quelle autre paire ou même deux cartes à figures; parier sur n’importe quelle de ces combinaisons est un bluff.

N’oubliez pas, votre objectif principal à la table de poker est d’apprendre vite le style de jeu de votre adversaire. Une fois que vous arrêtez de vous concentrer sur vos cartes privées et de faire plutôt attention à ce que les autres misent à la table, vous allez découvrir des modèles de comportement qui vous donnent l’avantage.

Souvent vous aurez l’occasion de voir à la table de poker des joueurs qui placent le pari maximal avec une très mauvaise main, dans l’espoir d’obtenir peut-être une suite et gagner le pot entier. Ce même joueur continuera de miser bêtement jusqu’à ce que quelqu’un lui prend tous les jetons.

Faites attention notamment aux mains relancées pendant la rivière en les comparant avec les mains des joueurs qui se sont couchés au moment de la première relance. Cela vous permettra d’estimer la main avec laquelle l’un a relancé. De même, vous saurez comment ont réagi les autres joueurs à ce pari. A force d’étudier toute la table de poker de cette façon, vous ne tarderez pas à découvrir les points forts et les faiblesses de chaque adversaire.

Alors, si vous pouvez en quelque sorte prédire les réactions des adversaires face à une relance, vous pourrez deviner aussi quels joueurs resteront dans le pot. Avec une main acceptable, vous pourrez faire un choix qui dépend seulement des joueurs restants. Votre pari doit être assez important pour forcer les joueurs conservateurs de se coucher, mais la taille de votre mise doit être calculée aussi en fonction des joueurs susceptibles de suivre.

Si vous avez la meilleure main possible, vous pouvez choisir de faire un pari peu élevé afin que tout le monde suive. Mais si la main est douteuse, vous aurez aussi besoin de chance et d’un pari plus important.

Bref, à la table de poker, « jouez » d’abord vos adversaires, puis souciez-vous de vos cartes fermées. Ainsi deviendrez-vous un véritable maître du bluff, donnant un coup de main à la chance!

La nouvelle réglementation du marché français des jeux en ligne va devenir réalité en quelques mois. En attente, deux acteurs importants de l’industrie préparent le terrain de leur futur développement.

La Française des Jeux – le tellement controversé monopole d’Etat, et le groupe de casinos terrestres Barrière, font équipe pour lancer une salle de poker en ligne. Alors que cela pourrait porter préjudice aux pré-accords existants, les résultats auront le dernier mot à dire. L’an dernier, Barrière a lancé sur le marché étranger son premier casino en ligne 3D, LeCroupier. Celui-ci a été un investissement très coûteux, mais le mécompte pourrait venir du fait que la FDJ a déjà un accord avec le fournisseur de logiciels de jeux Cyberarts.

Toute modification au contrat avec Cyberarts sera surveillée de près par Intralot, une société grecque de loterie qui détient une participation de 35% dans Cyberarts. On doit prendre en considération que cette dernière a fait ses preuves dans les logiciels de poker, tandis que Barrière n’a pas d’expérience.

En outre, un partenariat de poker entre Barrière et la FDJ pose aussi des menaces pour les concurrents, en raison de la possibilité de marketing croisé et de la fusion de deux bases joueur très larges. En unissant leurs forces, ils pourraient devenir les sponsors principaux des tournois majeurs organisés en France et à l’étranger.

Le processus de légalisation des jeux en ligne en France est suivi d’un oeil exigent par L’Association des Jeux à distance (Remote Gambling Association). La RGA est le représentant des principales sociétés de jeux sur internet et n’est pas contente du projet de loi proposé par la France. L’Association Européenne des Jeux et Paris (European Gambling and Betting Association) en est également mécontente.

Les deux organismes sont contrariés parce que le projet ne satisfait pas aux exigences de l’UE quant aux marchés libres et ouverts. La RGA a même menacé d’engager des poursuites en justice si l’actuel projet de loi est mis en oeuvre. L’association a nommé le projet « démesurément restrictif et anti-concurrentiel ». Les choses seront plus claires dès le 23 février 2010.

Un mythe de longue date concernant les joueurs de casino, c’est qu’ils préfèrent cette activité parce qu’ils sont des personnes solitaires. Mais, alors que certaines personnes peuvent utiliser les jeux pour fuir les aspects moins agréables de leur vie, y compris la solitude, les jeux d’argent sont par nature des activités plutôt solitaires, ayant un aspect social limité. La plupart des joueurs sont généralement trop absorbés par leur jeu pour vraiment socialiser avec leur entourage.

Jouer à un casino en ligne a d’autant plus un aspect d’isolement, mais cela n’exclut pas une vie sociale active du respectif joueur. Du mois, cela n’est pas en mesure de transformer la personne dans un anti-social. Beaucoup de gens qui jouent aux casinos en ligne sont profondément impliqués dans leurs communautés, ont des conjoints, des familles et des carrières.

Ceux qui aiment jouer en ligne le font parce qu’ils ressentent le plaisir du jeu, en le considérant une forme agréable et commode de divertissement. Les gains viennent comme un bonus à cette activité. Il y a, en effet, un type de joueur avec « personnalité anti-sociale » et de cette catégorie font partie des personnes qui utilisent des moyens illégaux pour jouer et qui peuvent être perçues comme « solitaires ».

Mais il y a aussi d’autres catégories de joueurs et la plupart n’ont rien à voir avec les tendances anti-sociales ou la solitude. Les voyons ensemble:

Les joueurs professionnels sont ceux pour lesquels les jeux sont la source principale de revenu. Cependant, peu de pros sont les bienvenus dans les casinos en ligne.

Les joueurs sociaux occasionnels vont au casino en groupe ou en famille pour s’amuser et socialiser. L’accent est mis davantage sur l’interaction du groupe que sur l’activité de jeu. Ce genre de joueurs choisissent parfois de jouer en ligne, dans une ambiance conviviale et agréable. C’est vrai, ce n’est pas toujours une méthode de jeu recommandée, en raison des problèmes de sécurité et de confidentialité.

Les joueurs sociaux passionnés sont ceux pour lesquels les jeux dans les casinos terrestres ou en ligne représentent la principale forme de divertissement. Plutôt que d’aller au cinéma, au spectacle, d’aller jouer une partie de billard ou de simplement sortir en ville, ce joueur préfère aller au casino pour y dépenser son budget destiné aux loisirs.

Il y a également les joueurs stressés qui trouvent dans le casino une façon de se détendre et d’évader du stress de la vie quotidienne.

Quoi qu’il en soit, le jeu n’est pas une activité réservée à un type de personnalité ou à un style de vie. Toutes sortes de personnes sont attirées par le monde incitant des jeux de casino.

La grande aventure à la Table Finale des WSOP en est venue à une fin pour le Français Antoine Saout. Le jeune pro a été éliminé lors de la dernière main jouée le 8 novembre. Il a été évincé de la table par Joe Cada, mais a fait un bon numéro, occupant la troisième place du classement.

Au début du jeu, Saout était le 8ème selon la valeur des jetons, mais à la troisième main il était déjà le chip leader. Avec 80,600,000, il avait le dessus sur Darvin Moon (75,900,000) et Joe Cada (39,200,000).

Lors de la première main de la partie, Cada et Saout ont tout misé, ayant chacun une pocket pair. Saout était en avantage, avec une paire de dames, tandis que Joe Cada, lui, avait une paire de deux. Mais un autre 2 au flop n’a laissé au Français que l’espoir d’un turn ou river plus favorable. Ce ne fut pas le cas et les rôles furent inversés. C’était alors à Cada d’être propulsé en position de chip leader.

Quatre mains plus tard, Saout s’est vu mettre hors de combat par le même Joe Cada. Les deux ont tout misé de nouveau lors du preflop, Saout ayant une paire de huit et Cada, une As-Roi. Le flop et le turn n’ont rien changé, mais un K au river a décidé le sort de la partie. Saout a été le dernier joueur éliminé de la soirée de 8 novembre.

Cette troisième place a apporté au jeune de 25 ans un prix de 3.479.670$. Cet automne, il a participé aussi à la table finale de l’Evénement Principal WSOPE et au cours des trois derniers mois il a appris autant sur lui-même que sur sa stratégie au poker.

« J’ai appris à être plus agressif, plus confiant et plus à l’aise avec les caméras et les lumières », a dit Saout. « Je suis très content de mon jeu », a confié le joueur.

Saout a été encouragé au cours de la table finale par des dizaines de joueurs français et des invités qui ont voyagé à Las Vegas spécialement pour lui. Les sponsors officiels d’Everest Poker, avec lesquels Antoine Saout a signé un contrat en août 2009 pour entrer dans l’équipe professionnelle Everest, ont été également près de lui.